Mongolie - juillet 2007
Nous partons en groupe, avec Hosoo, un musicien Mongol, pour nous initier au höömii (chant diphonique). Notre destination est Chandman, son village d'origine.
7 - Immersion
"Les ateliers, ce n'est pas seulement chanter, c'est aussi vivre dans ce pays, sentir la terre sous ses pieds". Nous plongeons le plus possible dans la culture Mongole !


Au cours d'un après midi détente, nous remplissons mon carnet de dessins. Bjambadorj, un de nos professeurs de höömii, y prends un plaisir tout particulier !

Tolga (à gauche), et son ami terminent le nettoyage des 'chagaï', des osselets de moutons qu'il est aller cherché au village à notre demande. C'est jeu populaire ancien, dont on trouve une multitude de règles. Ils peuvent aussi servir à la divination.

Bek, un des policiers du village, passe la soirée avec nous dans un bar de Chandman.

Sous les spots, tout le monde danse...

...sur des rythmes de hip hop Mongol...

...ou de variétés occidentales. Plus tard dans la soirée, les Mongols présents se joindront à nous.

Les lutteurs Purevsuren (de face) et Sundue nos offrent de vrais combats, rien que pour nous.

La plupart des Mongols veulent nous affronter au 'boj' (lutte mongole)... après le combat, Benedict effectue la danse rituelle.

Pour avoir de la viande, on tue un mouton. Tolga apprend à Wolfgang comment procèder. Après avoir entailler le poitrail, il enfonce sa main pour trouver une artère, qu'il pincera. En 2 minutes, la bête est morte, sans que le sang ne coule.

Tolga nous appelle, Rowan (à droite) et moi, pour le dépeçage. La peau sert de plan de travail, et le sang et récolté dans la carcasse. On en fera un genre de boudin, à l'odeur surprenante, mais au gout tout à fait correct. C'est un plat de choix, réservé aux personnes prestigieuses.

Le boucher des steppes, devant la yourte cuisine, où sera stockée la viande.

La peite yourte d'une famille que nous visitons, dans une zone aride, entre Chandman et le lac Khar Nuur (Lac Noir).

En visite sur le Mont Jargalant, nous partagons la nourriture des nomades, fromages frais ou très (trop !) secs, à tartiner de beurre de Yacks, ainsi que quelques beignets et sucreries.